16 mai 2016

Le grand départ

C'est aujourd'hui, dimanche 15 mai, 11 heures du matin que nous sommes partis. Le week end fut mouvementé. On plie, on roule, on tasse. C'est trop lourd ! On trie, on enlève, on élague. La balance sur le sol, tout est minutieusement mesuré pour une répartition équitable. Les choix sont difficiles mais tout ce qui n'est pas nécessaire constitue le superflu. Et tout ce superflu pèse trop lourd pour nos épaules. On part donc avec le minimum de confort.

Quelques ajustements de dernière minute et hop ! C'est parti pour Genève et notre premier spot de stop : une station essence avant l'autoroute A1 qui traverse toute la Suisse de Genève à Saint Gall.
Bisous papa, bisous maman.



Premier défi : se déplacer.
Les stations services ont l'avantage d'abriter des personnes qui mettent de l'essence ou mangent un morceau avant de prendre la route. Ils ont donc quelques minutes d'attention à nous accorder. Le repérage est fondamental. Observer les voitures qui entrent, vérifier que de la place est disponible et accoster le conducteur. Présenter un large sourire sur le visage, un chaleureux "bonjour" puis poser la question : allez vous en direction de Lausanne ?

Nous tombons ainsi sur un jeune autrichien, pas plus vieux que nous, qui fait la route jusqu'en Autriche et qui nous laissera, après une longue hésitation (et un jeu du hasard pour décider), à Bern.
Nous fuyons la ville et partons par le Sud où une voiture nous amène jusqu'à Thun. Dans cette petite ville, nous tombons sur 2 marcheurs allemands et leur demandons un free spot pour planter notre tente. Ils nous donnent le numéro de quelqu'un qu'ils ont rencontré plus tôt dans la journée. Au téléphone, l'homme nous explique que nous sommes invités à partager un dîner, à dormir dans leur communauté située à Steffisburg (un village à 15 minutes en voiture de Thun) et qu'ils peuvent même venir nous chercher en ville.
Le destin fait bien les choses, nous voici donc propulsé dans une communauté religieuse "soft" - un monastère des temps modernes. Ce qui consiste en un regroupement de 6 familles qui vivent en communauté, partageant des choses communes (le jardin, l'entraide, la garde des enfants) mais possédant chacun leur appartement privé (jamais fermé à clef). Réunis autour des valeurs du catholicisme qu'ils s'attellent à appliquer dans le quotidien, ils repensent la religion en cassant la forme (rituels, cérémonies) pour en garder le fond, applicable individuellement. Ils nous font preuve de ces valeurs en nous montrant leur vie de partage et en nous expliquant leur mode de vie.



Adrian nous invite à dormir chez lui dans une petite maison typique de la region et nous offre gîte et couvert. Après une longue discussion sur les valeurs, la religion et la relation entre les hommes et Dieu, nous allons nous coucher dans un bon lit douillet.



Cette première journée fut des plus intéressante, et le hasard nous a amené à faire des rencontres totalement imprévues et intéressante.

1 commentaire:

jean pierre tabary a dit…

première journée interessante